Hommage à François-Xavier Verschave

Bruno Gouteux - 22/03/2014
Image:Hommage à François-Xavier Verschave

22 mars 2014 - 14h à Villeurbanne
Un combattant du néocolonialisme françafricain

Ibuka France rendra un hommage à François-Xavier Verschave en posant une plaque sur sa tombe à Villeurbanne, ce samedi 22 mars 2014.

Ibuka France vous convie à cette cérémonie qui aura lieu ce samedi 22 mars 2014, à 14h00.

Le lieu :
Nouveau cimetière de Cusset
192 rue Léon Blum
69100 Villeurbanne

Infos :
Ibuka

Pour y aller

1. Prendre le Bus C3 direction Vaulx-en-Velin
Ou le Bus C17 Direction Charpennes
Arrêt « Bon Coin » puis une marche de 4 minutes environ

2. Pour ceux qui viennent de Laurent Bonnevay
Prendre le Bus C8 Direction Grange Blanche
Arrêt : cimetière de Cusset

François-Xavier Verschave

François-Xavier Verschave était membre fondateur de l’association Survie, qu’il a présidé de 1995 à 2005. Il était également directeur de publication de la lettre mensuelle de cette association, Billets d’Afrique et d’ailleurs.

Passionné des relations franco-africaines, François-Xavier Verschave a notamment forgé et décrit le concept de « Françafrique », terme parodiant l’expression la « France-Afrique » de Félix Houphouët-Boigny. La « Françafrique » est ce volet occulte de la politique de la France en Afrique. Ses deux principaux ouvrages sur la question, La Françafrique (Stock, 1999) et Noir silence (Les Arènes, 2000), sont devenus des références pour l’association Survie. Ce dernier lui a valu un procès pour offense à chefs d’État étrangers (loi sur la liberté de la presse de 1881) qui l’a déclaré non coupable, compte tenu de l’absence d’« intention délictueuse » et du contexte juridique de l’affaire.
— Survie

François-Xavier Verschave est décédé brutalement, en juin 2005, d’un cancer du pancréas fulgurant.

François-Xavier Verschave est connu et reconnu pour son engagement contre la Françafrique, contre l’engagement français auprès des génocidaires rwandais et, plus largement, contre les politiques coloniales françaises.

Il était économiste de formation. On connait moins son travail sur l’aide publique au développement ou encore Fernand Braudel, et l’analyse qu’il en tire concernant l’autonomie relative de différents étages de l’économie - économie de subsistance, économie locale, économie monde - qu’on peut découvrir dans un ouvrage de vulgarisation, Libres leçons de Braudel, passerelles pour une société non excluante (Syros, 1994), dans lequel il analyse les processus de domination et d’assujettissement économiques. Il a également effectué un important travail sur le concept de Biens Publics à l’Échelle Mondiale.

A lire :

Ses nombreux articles, sur le site de l’association Survie :
http://survie.org/auteur/francois-xavier-verschave

Bibliographie :

Négrophobie, réponse aux « Négrologues », journalistes françafricains et autres falsificateurs de l’information, avec Odile Tobner et Boubacar Boris Diop, 2005, Les Arènes, 200 p. ;
Les télécommunications entre bien public et marchandise, collectif, 2005, Éditions Charles Léopold Mayer, 392 p. ;
De la Françafrique à la Mafiafrique, 2004, Tribord, 72 p. ;
Au mépris des peuples : Le néocolonialisme franco-africain, entretien avec Philippe Hauser, 2004, La Fabrique, 120 p. ;
La santé mondiale entre racket et bien public, collectif, 2004, éditions Charles Léopold Meyer, 346 p. ;
L’horreur qui nous prend au visage : L’État français et le génocide, Rapport de la Commission d’enquête citoyenne sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsi au Rwanda, avec Laure Coret, 2005, Karthala, 586 p. ;
La maison monde, 2005, Éditions Charles Léopold Mayer, 246 p. ;
Noir Chirac, 2002, Les Arènes, 310 p. ;
Les Pillards de la forêt. Exploitations criminelles en Afrique, Dossier noir de la politique africaine de la France n° 17, avec Arnaud Labrousse, 2002, Agone, 192 p. ;
L’envers de la dette. Criminalité politique et économique au Congo-Brazza et en Angola, Dossier noir de la politique africaine de la France n° 16, 2001, Agone, 225 p. ;
Noir procès : offense à chefs d’État, 2001, Les Arènes, 382 p. ;
Noir silence, 2000, Les Arènes, 595 p. ;
La Françafrique : Le plus long scandale de la République, 1998, Stock, 380 p. ;
L’aide publique au développement, avec Anne-Sophie Boisgallais, 1994, Syros, 150 p. ;
Libres leçons de Braudel. Passerelles pour une société non excluante, 1994, Syros, 221 p. ;
Complicité de génocide ? La politique de la France au Rwanda, 1994, La Découverte, 178 p. ;
Nord-Sud : de l’aide au contrat. Pour un développement équitable, 1991, Syros, 1991, 243 p.

François-Xavier Verschave coordonnait également la rédaction des Dossiers Noirs de la politique africaine de la France, publiés par Survie et Agir ici, aux Éditions L’Harmattan puis Agone.

Bruno
(Izuba éditions, La Nuit rwandaise, Inter-Culturel)

 22/03/2014

 Vos commentaires

 En image

Articles référencés 

Ibuka M & Justice Belgique demande l’interdiction d’accès à Jambo asbl aux stèles érigées en Belgique à la mémoire des victimes du génocide contre les Tutsi au (...)
19/05/2022
Les associations Ibuka et leurs partenaires interpellent les autorités du Queensland en Australie au sujet d’un événement organisé au Parlement de cet État par (...)
7/05/2022
Dispositif législatif belge sur la négation de la Shoah et le génocide contre les Tutsi (*)
15/04/2022

Événements passés 

samedi  22 mars 2014

Hommage à François-Xavier Verschave

  Nouveau cimetière de Cusset